Christine SOUQUE: Pourquoi je suis là ???

Pourquoi je suis là ???

C’est tout simple.

Roquemauroise de vieille souche par ma mère, petite fille d’émigrés politiques espagnols par mon père, j’ai toujours vécu ici. Bercée par les idées socialo-communistes de la famille, je n’ai jamais supporté l’injustice. J’étais du côté des indiens, mes idoles étaient Robin des Bois, le dernier des Mohicans, Angélique Marquise des Anges,…..

Une famille soudée, un seul salaire d’ouvrier maçon pour faire bouillir la marmite, j’ai connu les mots Amour, Partage, Economie très tôt. Une scolarité sans problèmes, une passion de l’Histoire transmise par mes différents professeurs du collège de Roquemaure. La première et la seconde guerre mondiale vécues à travers l’histoire de la famille (un papé poilu prisonnier de guerre de 1914 à 1919).Un BAC commerce pour faire bien. Puis un choix de vie toute simple : mariage et des enfants. Pour le boulot on verra plus tard, on est utopiste à 20 ans !

Je pensais que les socialistes au pouvoir en 1981 remettraient le pays sur le chemin de l’emploi pour tous, du partage et de la solidarité. Ils ont fait de grandes études pour ça non ?? J’ai vite déchanté, le pouvoir de l’argent et de l’égo étant toujours là pour gouverner. Et j’ai continué à mener ma petite vie sans faire de vagues…

J’ai été un peu communiste, partageant une partie de leurs idées. L’écologie ? oui mais pas trop. Si on sort du nucléaire on fait quoi ? On remet les centrales à charbon en route ou on fait pédaler mamé dans la cave pour s’éclairer ??? Puis on vieillit, on se rend compte qu’on fait partie du Clan des YAKA-FAUKON (j’en ai croisé des vrais aussi), de ceux qui rouspètent sans oser proposer de solutions.

Les idéaux du Front de Gauche, la personnalité de Jean-Luc Mélenchon, de nouveaux amis m’ont donné envie de bouger, de faire quelque chose,  en commençant par Roquemaure. Redonner à mon village (petite ville) une image de gaîté, de vie, l’aider à retrouver son âme. Tout en acceptant d’avancer vers un futur de changement et de progrès pour tous.

Et puis les petits ruisseaux font les grandes rivières…..

Un changement au niveau local est peut-être le début d’un renouveau national, où l’Humain sera respecté pour ce qu’il est et non plus pour sa valeur marchande.

Voilà pourquoi j’ai quitté le Clan des YAKA-FAUCON pour celui des « j’y crois, j’avance »

Christine Souque

En passant | Cet article, publié dans Ce qui nous motive, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s