Construire un collectif… : mutualisons des outils !

Pour tous ceux qui nous suivent depuis la création de ce blog mais aussi pour ceux qui vont le découvrir, au fil de nos articles et prises de positions, notre objectif se dessine et s’affirme.

Notre démarche est celle d’une volonté du bien vivre ensemble, l’ensemble englobant les roquemaurois de souche et les nouveaux arrivants.

Cette construction du collectif passe par une démarche de rencontre, il nous faut aller au devant des habitants, recueillir leurs idées, leurs problèmes, les inciter à se poser des questions, à ébaucher une réflexion sur une solution collective. C’est dans cette optique que nous réalisons les réunions de quartiers et que nous sommes amenés à aborder des passants.

Mais au-delà de la collecte d’informations, d’idées, il nous faut aussi proposer des choses pour la construction d’un collectif au sens large. Sortir des sentiers battus de ce qui se fait et faire appel à la créativité ou reprendre, présenter et développer des projets qui ont déjà eu cours par le passé.

Dans les idées qui nous sont venues, et que nous souhaitons mettre en pratique, une des premières est de créer une dynamique de mutualisation. Mettre en commun des choses utiles pour tous mais qui sont chères ou peu utilisées dans le temps individuellement.

C’est là que nous est venue l’idée de la mutualisation d’outils, une « bricolothèque ». Nous ne passons pas notre vie à percer des trous, retourner notre jardin, détapisser nos murs, broyer nos déchets végétaux, pourtant pour pouvoir réaliser ces tâches il nous faut des outils. Ils sont chers, et quand on les a achetés une fois les travaux achevés ces outils dorment au fond d’un garage dans l’attente d’une prochaine utilisation.

C’est une démarche, qui plus est, écologiquement responsable. En effet, 2 choix s’offrent actuellement à nos concitoyens :

      le choix d’acheter un outil de qualité mais cher  qui ne sera pas « rentabilisé » en terme d’utilisation, qui pourra s’abimer dans le temps (les joints d’un moteur à essence se sèchent et finissent par fuir quand le moteur ne tourne pas)

      le choix d’acheter un outil beaucoup moins cher fabriqué on ne sait où, pas toujours adapté à l’utilisation qu’on veut en faire et qui se détériore très rapidement à l’usage.

Nous leur proposons donc de mettre à leur disposition des outils de qualité, régulièrement entretenus moyennant le paiement d’un droit d’usage adapté au type d’outil et à la durée d’emprunt. De plus, ces utilisateurs seront guidés par des conseils de sécurité et d’utilisation.

Après tout, nous n’inventons rien, ce n’est pas une utopie car c’est sur cette idée du collectif que se sont construites toutes nos caves coopératives viticoles demandant des investissements bien plus importants.

En passant | Cet article a été publié dans notre programme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s